Le guide de votre bien-être à domicile

Actualités

Une nouvelle molécule pour lutter contre les troubles auditifs

Des scientifiques de l’Institut des neurosciences de Montpellier ont élaboré des molécules capables de ralentir la perte d’audition caractéristique du grand âge. Injectées dans l’oreille, une partie des particules bloque la mort des cellules sensorielles dans la cochlée qui survient avec le vieillissement tandis qu’une autre agit en régulant l’activité du nerf auditif et sert de calmant contre les acouphènes, un genre d’épilepsie du nerf auditif.

Un autre partenariat

Une collaboration avec Sanofi permettra à ce laboratoire de l’Inserm de créer un microappareil à implanter dans l’oreiller interne pour appliquer les traitements directement sur la lésion. Pour les victimes d’acouphène, le dispositif dispose d’une télécommande extérieure. En tant que directeur du projet réalisé par une équipe de 25 spécialistes, Jean-Luc Puel avance une autre solution qui consiste à installer un bouton sous la peau derrière l’oreille. Elaboré sous forme de micropompe, un tout premier prototype est actuellement en phase d’examen et des premiers essais sur l’homme seraient envisageables dans trois ans. Puisque ce procédé promet un arrêt de la mort cellulaire, il s’agit d’une recherche encourageante pour les personnes âgées de plus de 65 ans.

Un premier traitement contre l’acouphène

Jusqu’à maintenant, il n’existe aucun traitement pour l’acouphène. Avec la découverte d’une molécule qui contrôle l’activité du nerf auditif, les victimes de la maladie peuvent espérer une nouvelle vie. A noter que les données de l’Organisation mondiale de la santé rapportent 278 millions de cas de perte auditive modérée ou profonde dans le monde. En France, une enquête Ipsos de 2003 révèle 5 millions de cas de problèmes d’audition avec des troubles survenus à moins de 55 ans pour 2 millions de patients. Des constats qui ne vont pas s’améliorer avec le succès des baladeurs auprès des jeunes et la hausse de l’espérance de vie.